Le printemps du dragon


Le premier jour du printemps !

Quoi de neuf en cette saison nouvelle ?

Du côté des ouvrages de la Tétralogie, le manuscrit d'Aventuriers est en cours de relecture et maquettage. La prochaine News Ulule devrait permettre de vous donner un aperçu des avancées et de la ligne graphique que nous avons privilégié. Côté Arcanes, une bonne partie est en relecture de fond, et je dois boucler très prochainement les deux derniers textes (dès que j'ai terminé cet article, j'y retourne !).

Suivront la finalisation de Bestiaire et Univers. Le premier est approximativement rédigé aux trois quarts, le second est environ à la moitié.


Quelques uns m'ont demandé ce qu'il en était des écrans, cartes de sort et étuis. Voici un résumé des avancées actuelles :

- Le visuel du premier écran "dragon rouge" est prêt ; le second est en cours de finalisation.
- Pour réaliser les cartes de sort, il faut valider définitivement le contenu des sorts du grimoire d'Arcanes, incluant quelques nouvelles créations.
- Du côté de l'étui, il faut connaître la taille précise des quatre livres composant la Tétralogie. A l'heure actuelle, le total représente un peu plus de 1000 pages prévues. Le nombre exact dépendra du développement de certains textes et de la maquette.


A très bientôt pour la suite des avancées du chantier et la poursuite de la visite d'Eana !

Un jeune érudit découvrant une bibliothèque - par Gawain

Le juge des démons

On croit parfois que les démons, de part leur nature chaotique, ne peuvent obéir qu'à une seule loi : celle du plus fort. C'est assez vrai, mais la situation est un peu plus compliquée en réalité. En effet, les démons nafelshnee ont une sorte de passion pour le droit, mais un droit d'un genre un peu particulier.

Avez-vous déjà vu les peintures de Jérôme Bosch ?

Avez-vous entendu parler des supplices dans les enfers de Dante ?

Eh bien, les juges démoniaques ont ce genre d'esthétique à l'esprit. Le procès (kafkaïen bien sûr), la sentence et la condamnation sont pour eux une sorte d'art. Ils excellent même d'ailleurs à vous convaincre, vous persuader, vous rendre certains que vous avez commis des horreurs qui vous font honte et justifient à vos yeux le châtiment infâme (et souvent ironiques) qu'ils prononcent.




Un très glorieux nafelshnee par Gawain

Origines des lamias

En suivant ce blog, vous avez pu déjà entendre parler de Mégare de Cyrillane, autrefois princesse de cet empire et qui se passionna pour la magie, en particulier la transmutation. Son emblème était le lion et on lui attribue la création de créatures hybrides ou chimériques, composites : chimère et manticore notamment. Les érudits s'interrogent sur la possibilité que d'autres magiciens aient repris ses travaux et se soient mis eux aussi à créer des monstres. Le cas de l'ours-hibou suscite à ce propos le plus de questionnements.

La lamia est probablement l'une des créations démentes de l'abominable magicienne. Mi-femme, mi-lion, elle œuvre avec une ambition malveillante dans les régions chaudes à désertique, Cyrillane et Royaumes des sables essentiellement.

Comment ce monstre se reproduit-il ? La question pourrait paraître une plaisanterie. A quoi bon s'interroger sur ce genre de chose ? Un détail relevé par des aventuriers pourtant laisse entrevoir une réalité glaçante : les lamias ont une cicatrice qui relie leur partie humaine à leur partie léonine. Ces êtres qui furent victime de la cruauté expérimentale et démente de Mégare de Cyrillane perpétueraient une tradition entre chirurgie et arcane, leur permettant de fabriquer leurs semblables.

... qui sait si la lamia que vous rencontrerez n'était pas auparavant une aventurière ?...




Lamia, par Gawain

Les secrets des djinns

Les djinns sont des génies aériens typiques des régions des déserts chauds des royaumes des sables notamment. Ils partagent des points communs avec les fées.

Leur domaine (oasis mystérieuse, palais sur une montagne perdue...) est souvent à moitié hors de l'espace. Pour vous imaginer ce que cela signifie : représentez-vous un carré. Normalement, le traverser en diagonale est plus court que faire le tour du périmètre (en admettant que le terrain est le même dans les deux cas). Dans le cas des royaumes féeriques et des domaines des djinns, la traversée en diagonale est systématiquement plus longue : l'espace est comme dilaté, il est plus grand qu'il ne devrait être.

Hors de l'espace, les djinns sont également hors du temps. Si vous vous rendez chez eux et n'y passez qu'une nuit, il est très difficile de savoir si vous ressortirez seulement 10 minutes après être entré ou bien 1 an !

Enfin, les domaines des djinns et les royaumes féeriques partagent la particularité d'être des portes vers le Plan Astral. Le passage est peut-être dissimulé au fond d'une armoire, ou dans ce qui paraît être une impasse, mais il existe. A vous de le trouver !



Une djinn par Gawain

FIJ Cannes 2017

Nous vous donnons rendez-vous au FIJ de Cannes ce weekend où vous pourrez rencontrer quelques-uns des membres de l'équipe de Dragons, dont Iris, Gawain et aussi Benjamin, auteur de l'un des modules et qui proposera son scénario "La complainte du papillon" pour le tournoi du Graal. Ils seront tous sur le stand des Ombres d'Esteren, dans la partie jeu de rôle du salon.




Bienvenue dans Mélancolia

Le désespoir d'être mort
La rage de vivre

Mélancolia est la lune bleue d'Eana, un monde (ou un plan, les érudits ne sont pas tout à fait d'accord entre eux) proche et lointain, une menace permanente, silencieuse. On prétend qu'elle incite à la folie, qu'elle encourage les gestes criminels, les passions destructrices.

Quand un être meurt, son âme se retrouve dans le plan éthéré où elle peut faire de dangereuses rencontres, telles le vrock ou des morts-vivants dénués de corps. Dans ce plan, Mélancolia brille comme un phare, elle appelle tous ceux qui se désolent d'être morts, tous ceux qui sont consumés du désir de vivre malgré l'impossible.

Les âmes pour qui ce message fait sens se dirigent vers ces rivages étranges et monstrueux, violents mais radicalement libres. Les êtres deviennent des nymphes, et se transforment à plusieurs reprises : ils deviennent des plantes-démon acérées et vénéneuses, ou bien des fiélons dont l'aspect grotesques ne doit pas laisser oublier la malveillance.





Un hezrou, par Gawain